Example of Table Blog layout (FAQ section)

La genèse

Résumer la genèse de notre marque préférée reste un exercice délicat. L’évocation du sujet en guise d’introduction de toute publication sur la saga Alpine, à force de raccourcis extrêmes, de redites approximatives, pire de mélanges antinomiques, a fini par créer dans l’esprit des lecteurs des vérités pour le moins fantaisistes. Imaginez un ouvrage retraçant la vie d’un illustre musicien qui évoquerait en guise de paragraphe d’introduction, la gamme chromatique, le mode mineur-majeur, confondant au passage un La dièse et un Si bémol tout en vous expliquant que chaque temps et composé de 9 intervalles…de quoi tomber dans le comma !

Pour aborder la genèse de la marque Alpine, le mieux, chers lecteurs assidus, serait de faire fi de tout ce qui vous a été conté, de faire table rase des acquis pour repartir à zéro. Débutant en 1955 avec le lancement d’une première Alpine, cette période prend fin avec l’accord de coopération signé officiellement entre Renault et Alpine en 1967. Avec l’apparition pour le millésime 1963 de la Berlinette à mécanique R8, une aire plus industrielle débute et permet de découper en deux parties bien distinctes cette saga. S’il est possible de faire de la musique sans connaître le solfège, impossible d’interpréter une œuvre inconnue transcrite sur papier sans une connaissance du langage musical. La prose Alpine n’échappe pas à cette règle. Nous allons être amenés à utiliser les termes de A106, A108, A110, Coach, Berlinette, Cabriolet, 2+2, etc. … autant de sigles nés parfois après coup pour distinguer le nouveau modèle du précédent qu’il va falloir assimiler.

aout 004

Un des premiers coaches construits


La première Alpine, née de la volonté de Charles Escoffier, pérennisée par la pugnacité commerciale de Jean Rédélé, sera dénommée pour sa première sortie aux Milles Miles 1955 : 4CV Alpine en référence à la plate-forme et la mécanique de la « puce » qu’elle utilise. Courant millésime 1956, homologation du service des mines en poche, elle va être identifiée par son type: A106. Cette nomenclature s’inspire de celle des 4cv (R1060, R1062, R1063) en adoptant le A pour Alpine et le 106 pour l’utilisation de la mécanique de 4cv. A cette époque, on qualifie aussi assez facilement une automobile du type de la carrosserie qu’elle utilise. Ainsi, cette petite puce en plastique avec ses deux portes et ses 4 glaces latérales ouvrantes va prendre également le patronyme de Coach dont elle utilise le concept. Jusqu’en 1957, unique Alpine en production, ce Coach A106, parfois par raccourcis appelé A106, défend avec succès les couleurs d’Alpine en compétition.

aout

Image
Coach millésime 1958


L’arrivée en 1957 d’un cabriolet utilisant toujours la plate-forme et la mécanique de la 4cv ne semble pas à l’époque semer le trouble. Ce Cabriolet, de type A106 pour être conforme à la fiche d’homologation, est né de la volonté de Jean Rédélé d’élargir sa clientèle à travers une gamme plus complète.

aout 005
Image
Le premier Cabriolet A106


Toujours dans un même souci d’élargissement, début 1958 apparait un coupé toujours de type A106 qui n’est autre que le cabriolet avec un hard top fixe. Ces trois Alpine utilisent la même homologation de type A106 et ne se distinguent que par leur carrosserie. A cette époque on parle de cabriolet, coupé sport ou coach sans faire référence au type qui est unique.

Image

aout 007
Le Coupé Sport A106

En effet jusqu’à présent, Jean Rédélé poursuit le référencement de ses voitures en s’appuyant sur la 4cv. En fin stratège, il adopte une attitude de modestie face à la Régie afin de ne pas faire d’ombre, entre autre, à la carrière sportive naissante de la Dauphine. Il préfère se positionner en coéquipier plutôt qu’en adversaire. Cependant, en ce milieu d’année 1958, il est temps de fournir à une clientèle sportive devenue plus grand public, une motorisation de base plus performante sans tomber dans l’excès des préparations coûteuses et fragiles.

Ainsi nos trois Alpine (toujours en plate-forme 4cv) vont recevoir en option la mécanique 5cv de la Dauphine, passant ainsi de 747cm3 à 850cm3. Le type A108 (pour faire référence au projet éponyme qui a donné naissance à cette 5cv Renault) passe avec succès l’homologation du service des mines et va côtoyer le type A106 à partir du millésime 1959. C’est là que les choses s’embrouillent 50 ans plus tard pour les observateurs !

Image

aout 006
Le cabriolet A108 est fort prisé pour les concours d'élégance


Si, en théorie, les deux types peuvent coexister, en pratique les choses semblent moins tranchées. Il faudra attendre le millésime 59 pour rencontrer un Coach de type A108, alors qu’à partir de la mi-1959 nous ne trouvons plus de trace de fabrication de Cabriolet ou Coupé Sport de type A106 ! Sans doute Jean Rédélé souhaite-t-il favoriser ces deux dernières versions (qu’il construit à Dieppe à travers sa société R.D.L.) au détriment du Coach, fourni par la Carrosserie Chappe et Gessalin.

aout 001
Image
Participation de deux étonnantes Alpine qui suscitent la curiosité au Tour de France 1960.

Alors que le châssis poutre, qui va bientôt équiper les futures Alpine, n’a pas encore vu le jour, Jean Rédélé présente deux nouvelles étonnantes voitures pour le Tour de France Auto 1960. En partant d’une carrosserie de cabriolet, le jeune styliste dieppois Philippe Charles redessine l’avant et fluidifie l’hard-top qu’il installe sur cette nouvelle Alpine. Un nouveau Coach toujours à plate-forme de 4cv vient de voir le jour. Pour le distinguer de son homologue produit par la Carrosserie Chappe, il va prendre une dénomination commerciale bien plus moderne, bien plus dans l’aire du temps. La Berlinette est née. De type A106 pour lui permettre de courir, contrairement au type A108, dans la catégorie moins de 750cm3, cette Berlinette va désormais porter les couleurs sportives de la marque au détriment du Coach qui vit ses dernières heures.

Image

aout 002
Arrêt pointage au Tour de France Auto 1960. Notez les jantes de 4cv qui équipent nos deux Alpine


Souffrant d’une conception complexe et désormais archaïque dûe à l’utilisation de la vieillissante plate-forme de 4cv qui pénalise son coût de fabrication et rend Jean Rédélé dépendant de Renault, la gamme Alpine doit impérativement évoluer pour gagner tant en esthétique qu’en productivité. La modernisation est lancée. A l’exception du Coach, construit à l’extérieur, toutes les futures Alpine/RDL (Cabriolet, Coupé Sport et Berlinette) vont adopter quasi simultanément le type A108, l’avant profilé et le châssis poutre (dans cet ordre) sans jamais côtoyer les anciens modèles qui sont définitivement abandonnés. Du coup pour la même appellation (cabriolet A108 ou Coupé Sport A108) nous sommes en présence de deux carrosseries bien différentes. Pour faire la distinction les historiens décident arbitrairement de rajouter un qualificatif décrivant la face avant qui les distingue tant. Ainsi sont nées les expressions « à phares droits » pour l’ancienne version et « à phares englobés » pour cette nouvelle version plus profilée et inspirée de la Berlinette.

aout 010
Image
La Berlinette sur les toits de Paris. Admirez les jantes pleines équipées d'enjoliveurs.


Imagecopie de aout 029

Vue arrière de la Berlinette.


aout 031

A la manière de Brigitte Bardot, Madame Piedeleu prend la pose sur la terrasse de la rue Forest et nous incite à l'escapade.


Imagecopie de aout 031

Vue arrière de ce même Cabriolet A108 "à phares englobés" surplombant la Capitale.


aout 028

Le Coupé Sport A108 "à phares englobés"


copie de aout 028

Image
Vue arrière du Coupé Sport "à phares englobés"

Belle évolution de gamme complétée par une nouvelle proposition de la carrosserie Chappe !!! Sentant la fin de vie proche du Coach produit dans leur atelier, la famille Chappe dans un souci de pérennité commerciale, propose à Jean Rédélé la fabrication d’une 4 places sportive. Pour rendre plus crédible cette étude un prototype à châssis poutre maison voit le jour et sera exposé au salon de l’Auto de 1960 sur le stand Alpine.

Image

aout 027
Stand Alpine du Salon de l'Auto 1960


Dénommé A108 2+2, son esthétique ne déchaine ni la passion, ni l’enthousiasme de Jean Rédélé. Cependant, cette réalisation, qui ne lui a pas couté un centime et qui comble un vide dans l’offre commerciale d’Alpine, justifie pleinement son intégration dans la gamme. Jean Rédélé imagine déjà faire évoluer ce modèle difficile à vendre, alors que le Coach tire définitivement sa référence.

aout 012
Image
Jean Rédélé attentif devant cette A108 2+2 qu'il vient de vendre

Image

aout 032

De profil cette A108 2+2 révèle son déséquilibre entre un avant profilé et un arrière pataud.


copie de aout 032
Image
L'arrière quelque peu tortueux, allourdit l'impression d'ensemble.

Il va profiter de l’arrivée du nouveau moteur 5 paliers chez Renault pour surprendre le grand public lors du salon de l’Auto de 1962 (cf. notre étude cette année là…). Si la Berlinette A108 poursuit sa carrière, une autre Berlinette voit le jour. Equipée du moteur 5 paliers de 956cm3 qui a nécessité quelques modifications de carrosserie pour dévier la circulation d’air autour du moteur, elle inaugure la nouvelle nomenclature A110.

Image

aout 039
La Berlinette qui a servi à l'homologation du type A110.


Dans la foulée, le cabriolet A110 remplace son homologue A108 à phares englobés et contrairement à une idée reçue, conserve la grille arrière originelle.

Image

aout 033
Le Cabriolet A110. Notez la supression de l'entrée d'air en avant de la roue arrière.

Image

aout 037

Si le Cabriolet A110 conserve la grille arrière de l'A108, il est équipé de nouveaux feux empruntés à la R4 Export

Ainsi le cabriolet A110, n’a jamais été équipé d’un arrière de Berlinette A110, même si certains, à la vue de transformations fantaisistes réalisées principalement outre Rhin, affirment le contraire. En théorie et au tarif même d’Alpine, le Coupé Sport évolue de manière identique. Cependant cette possibilité théorique d’un Coupé Sport A110 ne semble pas avoir donné jour à une seule voiture, à moins que…

Image

aout 038
Voilà le genre de transformation d'outre-Rhin qui peut induire en erreur!


Evidemment notre A108 2+2 va être équipée de ce nouveau moteur. Au passage Jean Rédélé décide d’allonger son empattement de 17 cm pour le faire coïncider avec celui de la Dauphine et fait évoluer son dessin. Cette nouvelle 2+2 utilise également la nomenclature 110 suivi d’un L pour empattement long. Considéré par Jean Rédélé, comme la Grand Tourisme de la marque capable d’emmener toute une famille avec armes et bagages à 200km/h, cette A110L devient commercialement GT4.

Imageaout 041

L' A110 GT4 conserve jusqu'à mi-portière la ligne de l'A108 2+2.


aout 043

Image
L'arrière plus fluide et l'empattement rallongé contribuent à harmoniser la ligne générale.


De 1963 au millésime 1967 l’esthétique globale de la gamme reste figée tandis que la motorisation évolue au gré des améliorations apportées à la R8. Pour le millésime 1965 l’A108 Berlinette tire officiellement sa révérence. Mettant à profit cette accalmie dans l’évolution de sa gamme, Alpine concentre sa créativité sur ses modèles de compétitions en circuit qui s’appellent F2/F3, A270, A280, A330, mais aussi M63, M64, M65 ou A210…

Image

copie de copie de aout 044

Un bel alignement d'ancètres Alpine!


Quelle riche période ! Que de modèles inconnus dont le poids des ans a accru encore leur rareté initiale. Heureusement, pour leurs plus grands plaisirs et pour celui des passionnés de la marque, quelques irréductibles passionnés ont décidé de fêter une fois l’an en Bleu Blanc Rouge ces rarissimes Alpine. Le désormais célèbre Rallye des Grand-Mères Alpine venait de voir le jour. Né au lendemain du plus grand rassemblement exclusif d’Alpine pour réaliser l’immense A qui illustre notre site, cette randonnée accueille toutes les Alpine produites avant 1967. Sa première édition, en 1995, rassemble, sur les terres mêmes qui un an plus tôt ont vues défiler 368 Alpine, pas moins de neuf voitures ! 16 ans plus tard le nombre de participants atteint 20 unités après avoir culminé à 25…Placé sous le double signe de la gastronomie et de la culture, ce rassemblement de joyeux lurons voit son organisation confiée chaque année à un participant d’une année antérieure.

Image

copie de aout 044

1995: 9 grand-mères rassemblées pour la 1ère fois dans la cour d'honneur du Domaine de Volkrange.

Ce choix judicieux a permis de découvrir bien des régions de France mais aussi d’Europe telles celles de Suisse ou de Belgique (un vivier important de grand-mères Alpine), d’y goûter les spécialités locales et d’y débattre pour les plus férus dans d’interminables soirées de la conformité de tel aménagement ou de telle évolution. Bref d’y refaire l’histoire de la genèse Alpine.
Ce rallye contribue aussi à apporter une motivation supplémentaire aux heureux propriétaires pour le maintien en bon état de marche de leur Alpine. Il incite aussi ceux qui mènent une longue et fastidieuse restauration à aller au bout de l’effort. Si un peu moins de 300 Alpine éligibles ont été recensées, à peine plus d’une soixantaine serait capable de prendre la route pour pareille aventure ! Pour les autres sachez qu’Alpine-Passion.Com met à leur disposition ses connaissances et rêve déjà d’un vingtième anniversaire éblouissant. En attendant promenons nous à travers cette sympathique réunion en laissant notre imagination vagabondée.

Image

img 4282

C'est au musée de la mine de La Machine que s'étaient donnés rendez vous nos irréductibles.

Image

img 4293

Malheureusement, la foudre des dieux a déversé ses célestes écluses sur cette édition 2011.

Image

img 4296

Une accalmie, alors que Baccus festoyait, nous a permis d'immortaliser les participantes.

Image

img 4295

Deuxième participation pour ce Cabriolet A106 à phares droits 1ère main venu par la route!

Image

img 4297

Cabriolet A110, reconnaissable à l'entrée d'air en avant de la roue arrière obstruée.

Image

img 4299
GT4

Image

img 4301

Coupé Sport A108 à phares englobés.

Image

img 4303

GT4

Image

img 4305

A108 Berlinette Interlagos aux couleurs de "l'écurie Willys"

Image

img 4307

Berlinette A110

Image

img 4309

Cabriolet A110 capoté.

Image

img 4311

Après un mouvement sur l'aile droite, place au centre!

Image

img 4312

Une GT4 légèrement coursifiée.

Image

img 4314

GT4


img 4317
Image
A108 Cabriolet à phares englobés.

Image

img 4318

Coach A106 à grand parebrise.

Image

img 4321

Passons sur l'aile gauche du parking.

Image

img 4322

Les GT4, comme à l'accoutumé sont venues en force.

Image

img 4324

Elles auraient même tendance à se regrouper!

img 4326
Image
Un des premiers cabriolet A108 à phares englobés produit.

Image

img 4328

Ce cabriolet A108 à phares englobés, plus récent, se distingue structurellement du précédent. Oui mais par quoi?

img 4330
Image
Grâce à ce Coupé Sport A108 à phares englobés vous avez la réponse : l'optique plus ou moins enfoncé dans l'aile!

Image

img 4332

Coach A106. Notez le petit parebrise, une lunette arrière de Frégate.

Image

img 4334

A108 2+2

Image

img 4344

Pour finir, balle au centre avec ce Coach.

Image

img 4356

En route pour la célèbre photo de groupe.

Image

img 4357

Moment d'attente pendant les préparatifs de l'alignement.


img 4369

Image
Devenu un incournable du Rallye : l'alignement pour la photo souvenir. A l'exception d'un Coupé Sport à phares droits vous avez pu admirer l'ensemble de la gamme élligible au Rallye des grand-mères


L’équipe Alpine-Passion.Com