Home

Alpine : Le plus ancien jouet.

Re,
nous allons donc aborder un tout autre domaine
Titre:
[size=150] [color=#0000FF]" Alpine"...le plus ancien jouet[/color] [/size]
Comment C.I.J en est venue à réduire au 1/45ème le Coach Alpine
Née de la volonté de Marcel Gourdet ferblantier de son état et de son cousin Fernand Migault, c'est à Briare, ville qui deviendra célèbre par la suite au travers de son musée, qu'est fondée en 1927 la Compagnie Industrielle du Jouet plus connue des collectionneurs sous l'abréviation C.I.J.
Cette entreprise spécialisée dans le façonnage du bois et des métaux n'est que l'aboutissement logique d'une collaboration initiée dès 1922 par les deux familles pour la réalisation des célèbres "jouets Citroën". En effet Fernand Migault a eu l'idée de génie de proposer à André Citroën la réalisation de répliques miniatures des voitures produites Quai de Javel. Une innovation en terme de communication qui va permettre à la marque aux chevrons de devancer nettement son principal concurrent: Renault.
Citroën B2
copyrith A.Nieser
Troisième modèle produit pour Citroën: 5HP Trèfle type C
S'appuyant sur ce solide client, la société développe de nombreux autres jouets tel l'emblématique l'Alfa Roméo P2. Un jouet en tôle de près de 60 centimètres de long aux freins et à la direction fonctionnels, une prouesse technique presque impensable à l'époque!
Alfa Roméo P2
copyrith A.Nieser
C.I.J. tôle Alfa Roméo P2
Malheureusement en 1935 ce juteux contrat s'effondre. La famille Michelin face au désastre financier de Citroën doit prendre des mesures radicales: plus question d'offrir ce couteux jouet en cadeau à la clientèle. Afin de rebondir, C.I.J. propose alors ses services à Louis Renault. Ce dernier trop heureux de pouvoir reprendre le concept à son compte et par la même conforter l'image de son entreprise s'empresse d'accepter. Une longue collaboration de plus de vingt ans vient de naître.
copyrith A.Nieser
C.I.J.ref. 6/27 tôle camion Renault 5,5tonnes travaux publics de 1948
copyrith A.Nieser
C.I.J. ref. 6/27 tôle camion Renault 5,5tonnes travaux publics de 1948
Quelques années plus tard, en 1949, avec l'apparition du zamac, C.I.J. va obtenir l'autorisation exclusive de commercialiser, presque simultanément, la miniature correspondant à chaque nouveau modèle de la Régie. En 1956 le contrat arrive à échéance: la concurrence va pouvoir s'exprimer autour de la 4cv et de ses dérivés. Ainsi C.I.J. doit repenser sa stratégie commerciale et élargir sa gamme. Le Coach A106, dont les succés sportifs ne cessent d'être relatés par la presse, finit par naturellement s'imposer. Il aura fallu attendre 4 ans pour enfin le voir intégrer la gamme en 1959 sous la référence 3/50.
Un boîtage graphiquement trés étudié est mis au point:
premier boîtage
Pour la [b]première version[/b], C.I.J. propose au 1/43ème une caisse en zamac rivetée sur un châssis en tôle gris souris, sans vitres, roues en aluminium chromées et pneus en caoutchouc blanc ou noir, dans trois coloris: blanc, rouge et gris.
Si la forme générale est assez conforme au modèle originel, celle du pare-brise avant(grand modèle) souffre d'une légère distorsion dans sa partie supérieure. Seule ombre au tableau, les deux portes équipées de leur encadrement de vitre: eu égard à la taille de la vitre de custode, elles sont beaucoup trop courtes, donnant ainsi de profil une sensation de déséquilibre global accentué par un pavillon de toit légèrement trop plongeant dans sa partie latérale arrière.
Quant au châssis, sa forme restera identique pendant toute la durée de production. Peint en gris pouvant varier du gris clair au gris souris, il reprend avec beaucoup de réalisme l'exacte police de caractère de la marque Alpine et de son sigle "Mille Miles"
La [b]deuxième version [/b]apparaît en 1960 toujours sous la même référence 3/50 qui sera conservée jusqu'à la fin de production. Si le châssis du Coach Alpine conserve sa livrée gris souris, sa présentation est uniquement améliorée grâce à l'adjonction de vitres. L'arrivée de cette seconde version, où seuls les coloris rouge et blanc subsistent au catalogue, coïncide avec la reprise de CIJ par la famille Broual...
En effet à la même période la société change de nom et devient C.I.J./EUROPARC. Elle est chargée de reprendre les moules existants et de réaliser éventuellement des variantes de couleurs. A ce stade de nos connaissances il est difficile d'affirmer qui, de C.I.J. ou de C.I.J./EUROPARC, est l'instigateur de cette seconde version. D'autant plus que dans un premier temps l'ancien boîtage va être utilisé (sans doute jusqu'à l'épuisement du stock), avant de passer à un nouveau plus minimaliste au couleur Europarc. Ainsi on va retrouver les mêmes voitures dans un tout nouveau boîtage
deuxième boîtage
Pour la [b]troisième version[/b] C.I.J./EUROPARC lance en 1962 un rose métal(proche du framboise) au châssis standard gris. Finies les belles roues chromées en aluminium, place à des roues en plastique gris. Le tout est uniquement emballé dans la nouvelle boîte aux couleurs Europarc.
La [b]quatrième version [/b]de 1962, va se décliner en trois couleurs. Aux blanc et rouge classiques on rajoute une étonnante turquoise. Les châssis respectifs sont peints dans la même couleur que la carrosserie. Pour les roues C.I.J./EUROPARC abandonne celles en plastique pour revenir à la version aluminium mais non chromée
Coïncidence ou ironie du sort, l'ultime repreneur de la société, Mr Broual responsable du musée de Briare, va utiliser les locaux pour y construire en 1968 la célèbre A220 thermique sous la marque D.O.G.( société de [b]D[/b]iffusion d'[b]O[/b]utillage [b]G[/b]énéral).
de dos Jean-Pierre Beltoise, de face François Cevert et au fond Henri Pescarolo
mais aussi un peu plus tard quelques monoplaces Alpine
Si aujourd'hui toutes ces miniatures font l'objet d'un culte tout particulier de la part des collectionneurs, il faut se souvenir qu'à l'époque il s'agissait d'un jouet. En tant que tel ces miniatures ont été soumises à toutes sortes de tortures.
Parfois embellie par une décoration du plus bel effet
Parfois repeinte à la va-vite et affublée de nouveaux pneus quelque peu étriqués
Parfois usée jusqu'à la corde
souvent finissant abandonnée toute cabossée au fond d'un carton remisé dans un grenier poussièreux!
Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur l'aventure de C.I.J. nous avons sélectionné:

Alpine : le plus ancien jouet...

 

... Ou comment C.I.J. en est venu à réduire au 1/45ème le Coach Alpine.


argus_10

Née de la volonté de Marcel Gourdet ferblantier de son état et de son cousin Fernand Migault, c'est à Briare, ville qui deviendra célèbre par la suite au travers de son musée, qu'est fondée en 1927 la Compagnie Industrielle du Jouet plus connue des collectionneurs sous l'abréviation C.I.J. 


Cette entreprise spécialisée dans le façonnage du bois et des métaux n'est que l'aboutissement logique d'une collaboration initiée dès 1922 par les deux familles pour la réalisation des célèbres "jouets Citroën". En effet Fernand Migault a eu l'idée de génie de proposer à André Citroën la réalisation de répliques miniatures des voitures produites Quai de Javel. Une innovation en terme de communication qui va permettre à la marque aux chevrons de devancer nettement son principal concurrent: Renault.

les_jo12

Citroën B2

jouet_11

Troisième modèle produit pour Citroën: 5HP Trèfle type C 


S'appuyant sur ce solide client, la société développe de nombreux autres jouets tel l'emblématique l'Alfa Roméo P2. Un jouet en tôle de près de 60 centimètres de long aux freins et à la direction fonctionnels, une prouesse technique presque impensable à l'époque!

les_jo13

Alfa Roméo P2

cij_to10

C.I.J. tôle Alfa Roméo P2


Malheureusement en 1935 ce juteux contrat s'effondre. La famille Michelin face au désastre financier de Citroën doit prendre des mesures radicales: plus question d'offrir ce couteux jouet en cadeau à la clientèle. Afin de rebondir, C.I.J. propose alors ses services à Louis Renault. Ce dernier trop heureux de pouvoir reprendre le concept à son compte et par la même conforter l'image de son entreprise s'empresse d'accepter. Une longue collaboration de plus de vingt ans vient de naître.

cij_to11

C.I.J.ref. 6/27 tôle camion Renault 5,5tonnes travaux publics de 1948

cij_to12

C.I.J. ref. 6/27 tôle camion Renault 5,5tonnes travaux publics de 1948

Quelques années plus tard, en 1949, avec l'apparition du zamac, C.I.J. va obtenir l'autorisation exclusive de commercialiser, presque simultanément, la miniature correspondant à chaque nouveau modèle de la Régie. En 1956 le contrat arrive à échéance: la concurrence va pouvoir s'exprimer autour de la 4cv et de ses dérivés. Ainsi C.I.J. doit repenser sa stratégie commerciale et élargir sa gamme. Le Coach A106, dont les succés sportifs ne cessent d'être relatés par la presse, finit par naturellement s'imposer. Il aura fallu attendre 4 ans pour enfin le voir intégrer la gamme en 1959 sous la référence 3/50.
Un boîtage graphiquement trés étudié est mis au point:
cij_3-10

cij_3-11

coach_14

Premier boîtage


Pour la première version, C.I.J. propose au 1/43ème une caisse en zamac rivetée sur un châssis en tôle gris souris, sans vitres, roues en aluminium chromées et pneus en caoutchouc blanc ou noir, dans trois coloris: blanc, rouge et gris.
coach_16

coach_17

coach_15


Si la forme générale est assez conforme au modèle originel, celle du pare-brise avant(grand modèle) souffre d'une légère distorsion dans sa partie supérieure. Seule ombre au tableau, les deux portes équipées de leur encadrement de vitre: eu égard à la taille de la vitre de custode, elles sont beaucoup trop courtes, donnant ainsi de profil une sensation de déséquilibre global accentué par un pavillon de toit légèrement trop plongeant dans sa partie latérale arrière.
coach_23

Quant au châssis, sa forme restera identique pendant toute la durée de production. Peint en gris pouvant varier du gris clair au gris souris, il reprend avec beaucoup de réalisme l'exacte police de caractère de la marque Alpine et de son sigle "Mille Miles"

La deuxième version apparaît en 1960 toujours sous la même référence 3/50 qui sera conservée jusqu'à la fin de production. Si le châssis du Coach Alpine conserve sa livrée gris souris, sa présentation est uniquement améliorée grâce à l'adjonction de vitres. L'arrivée de cette seconde version, où seuls les coloris rouge et blanc subsistent au catalogue, coïncide avec la reprise de CIJ par la famille Broual...
coach_29

coach_30


coach_33

En effet à la même période la société change de nom et devient C.I.J./EUROPARC. Elle est chargée de reprendre les moules existants et de réaliser éventuellement des variantes de couleurs. A ce stade de nos connaissances il est difficile d'affirmer qui, de C.I.J. ou de C.I.J./EUROPARC, est l'instigateur de cette seconde version. D'autant plus que dans un premier temps l'ancien boîtage va être utilisé (sans doute jusqu'à l'épuisement du stock), avant de passer à un nouveau plus minimaliste au couleur Europarc. Ainsi on va retrouver les mêmes voitures dans un tout nouveau boîtage

cij_3-12

deuxième boîtage


Pour la troisième version C.I.J./EUROPARC lance en 1962 un rose métal(proche du framboise) au châssis standard gris. Finies les belles roues chromées en aluminium, place à des roues en plastique gris. Le tout est uniquement emballé dans la nouvelle boîte aux couleurs Europarc.
cij_1a10


La quatrième version de 1962, va se décliner en trois couleurs. Aux blanc et rouge classiques on rajoute une étonnante turquoise. Les châssis respectifs sont peints dans la même couleur que la carrosserie. Pour les roues C.I.J./EUROPARC abandonne celles en plastique pour revenir à la version aluminium mais non chromée 
coach_21
coach_20


coach_22


coach_32


a10611


cij_2a10


Coïncidence ou ironie du sort, l'ultime repreneur de la société, Mr Broual responsable du musée de Briare, va utiliser les locaux pour y construire en 1968 la célèbre A220 thermique sous la marque D.O.G.( société de Diffusion d'Outillage Général).
a220_210

 

a220_cij-dog_les_jouets_renault_de_mick_duprat_p201

 

pescar10

De dos Jean-Pierre Beltoise, de face François Cevert et au fond Henri Pescarolo


mais aussi un peu plus tard quelques monoplaces Alpine
renaul10

Si aujourd'hui toutes ces miniatures font l'objet d'un culte tout particulier de la part des collectionneurs, il faut se souvenir qu'à l'époque il s'agissait d'un jouet. En tant que tel ces miniatures ont été soumises à toutes sortes de tortures. 
Parfois embellie par une décoration du plus bel effet
coach_35

coach_34

 

Parfois repeinte à la va-vite et affublée de nouveaux pneus quelque peu étriqués
coach_40

 

Parfois usée jusqu'à la corde 
coach_38

 

coach_41

 

coach_39

 

coach_36

 

souvent finissant abandonnée toute cabossée au fond d'un carton remisé dans un grenier poussièreux!
coach_42

 

coach_43

 

Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur l'aventure de C.I.J. nous avons sélectionné :
http://www.garagedepoche.com/cij.html
http://www.mesminiatures.com/histoire/miniature/cij.php#chap20